num_risation0001

 

 

LA FONDERIE DE CLOCHES

 

 

 

num_risation0002

La fonderie de cloches datant de 1865

num_risation0003

Une série de cloches, grosses et petites.

Située à Villedieu les Poëles dans la Manche, la fonderie CORNILLE-HARVARD est construite en 1865. Dans cet atelier qui a conservé tout son cachet, son sol en terre battue, ses outillages en cuivre et son pont roulant, les ouvriers fondeurs donnent naissance à des cloches destinées aux clochers français et étrangers.

num_risation0005

Compagnons,posant les décorations sur la cloche.

num_risation0008

La coulée de métal en fusion (cuivre et étain), dans les moules.

Qu'elles pèsent quelques kilogrammes ou plus d'une tonne, chaque cloche est faite sur mesure et à la main.

Tout commence par la fabrication du gabarit, qu'il soit en bois ou en métal, cette pièce formera les contours intérieurs ou extérieurs de la cloche.

villedieu__fonderie__schema_juillet_2009_32_blog

Coupe, montrant les diverses opérations de fabrication d'une cloche. 

800px_Villedieu_Cloches19

Une cloche en cours de préparation,fabrication du moule

Avant de couler une cloche, il faut réaliser un moule en creux appelé fausse cloche, dans laquelle sera envoyé le métal en fusion. Celle-ci est créée avec un mélange constitué de poils de chèvres, de crottin de cheval et d'argile. Cette texture rappelle celle du carton mouillé. Aujourd'hui les gabarits autrefois en bois sont réalisés en laiton à partir de l'outil informatique.

_viledieu_fonderie__terre__juillet_2009_35_blog_m

Fabrication du mélange de crottin,argile ,poils de chèvres.

 

800px_Villedieu_Cloches23

Moules servant au moulage de petites piéces,pour la

décoration des cloches.

La fausse cloche" correspond exactement aux dimensions de la future cloche. Elle est recouverte d'une couche de cire régulière et lisse où le mouleur place son décor qui a été moulé en cire. Ensuite il recouvre le décor d'une "terre" liquide déposée au pinceau pour épouser parfaitement les reliefs et laisser son empreinte dans la chape. La chape terminée, on fait fondre la cire, alors celle-ci est ensuite cerclée et retirée, la fausse cloche détruite, la chape sera placée sur le noyau et le moule enterré pour recevoir la coulée.

 

450px_Villedieu_Cloches16

Gabarits servant à donner la  forme aux cloches.

L'airain, alliage composé de 78% de cuivre et de 22% d'étain est porté à température de fusion de 1200 degrés remplit les moules en quelques secondes.

L'opération terminée, l'artisan attend que le métal se soit refroidi pour procéder au démoulage .

 

photo_634061005384165000_1

Cloches prêtent à s'envoler pour un clocher de France

oû de l'étranger.

La cloche enrobée d'argile brûlée sera ensuite sablée, brossée, ciselée puis ensuite polie.

L'accordage sera ensuite affiné, permettant d'obtenir une cloche parfaitement consonnante et bien accordée. Il consiste à ajuster la sonorité de la cloche par meulage à l'intérieur du vase.

Chaque cloche a une sonorité particulière en fonction de son diamètre et de son épaisseur. Plus elle est grosse, plus le son est grave.

Fonderire Cornille-Havard.

11, rue du Pont-Chignon 50800 Villedieu-les-Poêles.